Menu Fermer

Critique de Mija : Le rêve américain des immigrants de première génération s’accompagne d’une pression énorme [Sundance 2022].

La réalisatrice de « Mija », Isabel Castro, a intelligemment cherché Jacks juste après que Doris se soit prise d’affection pour son style musical et a pu passer du temps avec la chanteuse avant même qu’elle ne rencontre son futur manager. Elle a pu passer du temps avec la chanteuse avant qu’elle ne rencontre son futur manager. Cela permet de dresser un portrait complet de ce que ces deux-là ont en commun, bien avant qu’ils ne se lient par leur collaboration et leurs ambitions professionnelles. Le documentaire capture certains de leurs moments les plus intimes et les plus éprouvants.

Pour Jacks, c’est un coup de fil tendu et larmoyant qui révèle le chemin difficile qu’elle doit parcourir pour réussir dans le monde de la musique. Dans le même temps, ses parents à Dallas la sermonnent et lui en veulent de ne pas avoir profité de la liberté pour laquelle ils ont risqué leur vie pour emprunter une voie plus pratique vers l’emploi et les aider à obtenir des cartes d’identité qui leur permettraient d’avoir des emplois plus lucratifs. Il y a une juxtaposition frappante entre la personnalité cool et sexy de Jacks sur scène et le côté personnel de sa vie, nous rappelant que nous ne savons jamais vraiment ce que quelqu’un vit à l’intérieur, même s’il a l’air incroyablement bien organisé à l’extérieur.

Pendant ce temps, Doris montre sa propre vulnérabilité et son incertitude quant à son avenir, alors que Cuco ne fait plus partie de sa liste de clients. Alors que la voix off agit comme un journal intime qui ressemble presque à un monologue intérieur, nous voyons à quel point elle est déterminée à réunir sa famille, tout comme ils le sont dans les adorables vidéos des fêtes d’anniversaire de ses plus jeunes. Doris devient un lieu sûr et une source d’encouragement pour Jacks face à ses propres inquiétudes, car elle a dû faire face aux mêmes obstacles que Jacks est en train d’affronter. Mais la pierre angulaire la plus émouvante pour Doris se trouve vers la fin du film, lors d’un appel téléphonique crucial avec ses parents, qui vous fera pleurer. Que ce soit des larmes de joie ou de tristesse, nous vous laissons le soin de le découvrir par vous-même.

Bien que « Mija » trouve un noyau émotionnel puissant entre ces deux jeunes femmes, il semble quelque peu incomplet. D’une certaine manière, il y a une résolution pour Doris et sa famille, mais dans d’autres, son histoire est toujours en cours, laissée ouverte par le chemin incertain que son nouveau client pourrait lui faire prendre. De ce fait, l’arc de Jacks est encore plus tronqué dans le documentaire, et son succès et son avenir (ainsi que sa relation avec ses parents) sont encore très incertains. Mais c’est peut-être la meilleure façon de présenter leur histoire. Après tout, il s’agit d’un voyage qui ne s’achèvera pas de sitôt pour l’un comme pour l’autre.

« Mija » raconte l’histoire de nombreux enfants de la première génération qui essaient de s’en sortir. Si le film parle de Doris et Jacks, il évoque aussi les difficultés croissantes des enfants américains d’immigrants sans papiers en ces temps de crise politique. Pourront-ils un jour vivre véritablement le rêve américain, ou seront-ils freinés par le système d’immigration qui semble toujours déplacer la ligne d’arrivée ? « Mija » n’a pas nécessairement de réponse, mais il pourrait bien contenir l’inspiration dont quelqu’un a besoin pour continuer à aller de l’avant dans un monde qui tente perpétuellement de le maintenir à terre.

/Évaluation du film : 8 sur 10

Cet article a été rédigé par Ethan Anderton et traduit par Lesbarresdeson.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Lesbarresdeson.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.