Menu Fermer

Les scénaristes et le réalisateur de « Session 9 », Brad Anderson et Stephen Gevedon, ont une préquelle en tête.

Le film d’horreur indépendant sous-estimé Session 9 fête son 20e anniversaire aujourd’hui. Le scénariste/réalisateur Brad Anderson et le coscénariste Stephen Gevedon ont évoqué la sortie du film et ont évoqué des idées pour l’avenir.

Sorti en 2001, Session 9 s’est démarqué des autres films d’horreur du début des années 2000 comme Scream et Destination finale. Pour célébrer son statut de film culte et sa longévité, FANGORIA a interviewé Anderson et Gevedon sur la campagne de marketing mal orientée du film, les scènes mémorables et l’avenir potentiel.

La peur est un lieu

Si vous ne connaissez pas, Session 9 suit une équipe de désamiantage qui accepte un travail de nettoyage dans un asile psychiatrique abandonné. Les membres de l’équipe, soumis à un calendrier strict pour mener à bien cette tâche, voient leurs émotions devenir de plus en plus tendues alors qu’ils travaillent dans des conditions physiquement dangereuses. Oh, et il y a des choses mystérieuses qui se passent autour d’eux puisqu’ils sont dans un hôpital psychiatrique abandonné, après tout. Le titre du film fait référence à une série de séances enregistrées avec un ancien patient, qui sont diffusées parallèlement aux expériences de l’équipe. Cependant, les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être, et l’histoire prend un tournant choquant à la fin. Gevedon et Anderson ont trouvé l’inspiration pour le film dans une affaire de meurtre macabre survenue en 1995, dont je vous laisse le soin de découvrir les détails.ici. Le film met en vedette David Caruso (Les Experts : Miami), Brendan Sexton III (Boys Don’t Cry), Josh Lucas (Ford contre Ferrari), Peter Mullan (Cheval de guerre, Top of the Lake) et Gevedon lui-même.

Bien que la sortie du film n’ait pas été très rentable, Session 9 est devenu un classique culte. Après sa sortie le 10 août 2001, le film a terminé sa tournée américaine en octobre et n’a rapporté que 378 176 dollars au total. Cependant, il a été davantage acclamé à l’étranger et a rapporté 1,2 million de dollars à l’international. Anderson a déclaré :  » C’est un genre de film qui s’adresse à un type de spectateur, à la recherche de [ce que l’on considère aujourd’hui comme] « l’horreur élevée » « . Il a expliqué qu’ils voulaient aller à l’encontre des tendances horrifiques de l’époque et faire « quelque chose qui vous colle vraiment à la peau et qui procure ce sentiment d’effroi que nous recherchions, quelque chose d’effrayant ».

Le duo tente toujours de réaliser quelque chose d’effrayant, mais cette fois sous la forme d’une suite appelée Session 1. Anderson a expliqué :

« L’idée générale de l’histoire était qu’il s’agirait de Mary Hobbes, le personnage du film original qui est sur les bandes, qui a ces personnalités alternatives et qui finit par réaliser qu’elle a tué sa famille le jour de Noël. C’est là que nous apprendrons toute l’histoire de Mary Hobbes, comment elle est passée d’une jeune fille de 12 ans plutôt normale en 1959 et 58 au massacre de toute sa famille, et pourquoi. Notre histoire allait être une sorte de portrait de la folie à travers les yeux et l’objectif de cette petite fille à la fin des années 50 et au début des années 60. Ça s’appelle la session 1. Le film se terminait par la première session, qui allait ensuite devenir une série de sessions que cette fille allait traverser, pour finalement aboutir à la session 9. »

Ça a l’air plutôt cool, non ? Malheureusement, il y a un blocage car Focus Films possède les droits de Session 9 et a refusé le traitement. Leur contrat légal stipule qu’ils ne font pas de préquelles ou de suites aux propriétés qu’ils possèdent. Par conséquent, Anderson et Gevedon ont essuyé un refus malgré l’absence d’investissement financier de la part de Focus.

Enfreindre la loi

Je ne peux qu’imaginer à quel point ce genre de nouvelles est exaspérant pour les cinéastes. Vous faites un film, il est devenu culte, et vous avez une idée de suite géniale des années plus tard pour faire revivre une histoire, mais la décision est liée à une faille juridique alors qu’il s’agit de votre art. Anderson a déclaré dans l’interview qu’il n’y a pas de mauvaise volonté, et qu’il s’agit simplement d’un revers malheureux. Il garde toujours l’espoir que la Session 1 puisse être réalisée un jour.

J’espère que ce sera le cas, et peut-être que Focus Films acceptera l’idée.

Session 9 est une perle sous-estimée et était en avance sur son temps en termes d’horreur atmosphérique et psychologique. Si vous ne l’avez pas vu, regardez-le. Si vous l’avez vu, regardez-le à nouveau et recommandez-le à vos amis. Le film est disponible en streaming sur Shudder, YouTube, Amazon Prime et Vudu. Peut-être que la chance va tourner et que nous pourrons tous retourner à l’asile un jour pour entendre l’histoire de Mary Hobbes.

Cet article a été rédigé par Marisa Mirabal et traduit par Lesbarresdeson.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Lesbarresdeson.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.