Menu Fermer

Revue d’album : Miley Cyrus – Plastic Hearts (titre par titre)

On a l’impression que la dernière fois que Miley Cyrus a sorti un album, c’était il y a une éternité. Quand Plus jeune maintenant est sorti en 2017, Cyrus était dans une phase complètement différente de sa vie personnelle et de sa carrière. Quelques ruptures plus tard, elle a commencé à s’amuser avec un son pop des années 80 avec de lourdes influences rock. Elle a servi l’un des meilleurs singles de l’année avec « Midnight Sky », mais le reste du disque est à la hauteur de l’excellence de ce morceau. A Bit of Pop Music passe en revue le nouvel album de Miley, Plastic Hearts, morceau par morceau !

01. WTF Do I KnowPour tous ceux qui doutent encore de l’orientation de ce disque, Cyrus a décidé de charger le premier morceau avec un son explosif, lourd comme une guitare et rock. WTF Do I Know » est un album optimiste et franc, avec une touche de punk pop des années 2000, et Cyrus le chante si bien. Le son plus brut qu’elle a poussé dernièrement est fait pour des chansons comme celle-ci. Dans les paroles (écrites par Cyrus, Ali Tamposi, Andrew Wotman, Louis Bell et Ryan Tedder, une équipe qui a écrit pas mal de morceaux sur le disque), Cyrus ne s’excuse pas de passer à autre chose après une rupture et de ne pas vouloir être avec quelqu’un d’autre. Le chœur est un vrai banger. Quelle façon de lancer un album !

02. Plastic HeartsSuivant est le titre « Plastic Hearts », écrit et produit par la même équipe que celle qui a ouvert l’album. Le son de l’intro semble être un clin d’œil au hit des Rolling Stones des années 60 « Sympathy For The Devil », tandis que les paroles font référence à « California Dreamin » des Mamas et des Papas. Le rythme de « Plastic Hearts » est en train d’osciller et le refrain est un autre moment explosif. J’aime bien les post-chœurs et cette chanson est remarquable avec une ligne mélodique qui monte en flèche. Elle contraste avec le solo de guitare du milieu de l’album et les deux montent d’un cran, comme s’il en avait besoin !

03. Angels Like YouAvec « Angels Like You », qui est la chanson mise en avant sur les playlists de New Music Friday de Spotify, Miley sert une véritable ballade rock power. Même après l’avoir entendue quelques fois seulement, elle sonne déjà comme un classique qui aurait pu sortir dans les années 90. Ce refrain est absolument impeccable. Je peux déjà imaginer une arène entière chantant avec elle. Le côté brut de sa voix rend les émotions dans les paroles encore plus tangibles lorsque Cyrus chante à un ancien amant comment ils sont mieux sans elle comme « des anges comme vous ne peuvent pas voler ici avec moi ». C’est sans aucun doute l’une des meilleures ballades de sa carrière jusqu’à présent.

04. Prisonnier (avec Dua Lipa)Prisoner », avec la pop star britannique Dua Lipa, est le deuxième single de l’album sorti la semaine dernière. L’hymne pop inspiré des années 80 est un véritable ver d’oreille et fait écho à l’atmosphère du « Physical » d’Olivia Newton-John dans le refrain, mais ajoute un son plus rock avec une ligne de basse dégoûtante. Les sons rauques de leurs voix se fondent parfaitement et c’est l’une de ces collaborations qui s’adaptent comme un gant aux deux artistes impliqués. Bien sûr, le refrain peut sembler un peu unidimensionnel, mais il est assez accrocheur pour me donner envie d’y revenir.

05. Gimme What I Want « Gimme What I Want », en écho à la chanson « Closer » de Nine Inch Nails, a une vibe absolument séduisante avec un refrain qui vous attire immédiatement dès la première écoute. Il y a quelque chose de sexy mais aussi de sinistre dans cette version légèrement plus électronique du disque, sur lequel elle déclare une fois de plus son indépendance, tout en admettant avoir besoin d’un amant pour la nuit. Les tambours bruyants quand le refrain s’enclenche, les basses profondes qui courent tout au long du morceau, tout cela est si bien produit (par Andrew Watt et Louis Bell) ! J’aimerais juste que ce refrain revienne une dernière fois à la fin au lieu de se terminer si brusquement.

06. Night Crawling (avec Billy Idol)Pour « Night Crawling », Cyrus a travaillé avec la seule et unique Billy Idol. Sur le morceau produit par Happy Perez et Andrew Watt, ils plongent dans l’irrésistible pop synthétisée des années 80, tout en conservant le côté rock que la plupart de ce disque possède fièrement. Le refrain est lui aussi très fort, mais c’est le post-refrain instrumental qui s’envole et rend le morceau d’autant plus mémorable. Je n’ai jamais vraiment pensé à ce à quoi une collaboration entre Miley et Billy devrait ressembler, mais « Night Crawling » est exactement ce qu’il faut !

07. Midnight SkyMiley a donné le coup d’envoi de toute la campagne « Plastic Hearts » de l’été avec le rien de moins que le brillant premier rôle du single « Midnight Sky. Le morceau la voit flirter avec la pop synthétisée des années 80, allant même jusqu’à interpoler la mélodie de « Edge of Seventeen » de Stevie Nicks dans le refrain. La production est exceptionnelle, mais ce qui fait de ce single l’un des meilleurs de l’année, c’est l’incroyable progression mélodique tout au long de la mélodie. Les accroches sont partout et Miley les interprète avec des paroles qui reprennent son propre récit et déclarent sa liberté et son indépendance. Un hymne dans tous les sens du terme !

08. HighOn ‘High’, co-écrit par Cyrus, Jennifer Decilveo et Caitlyn Smith et produit par Watt, Mark Ronson et Take A Daytrip, Cyrus ralentit une fois de plus le tempo. C’est probablement le morceau qui flirte le plus avec ses débuts country. La ballade à la guitare est simple dans son instrumentation et ses mélodies, mais cela la rend d’autant plus efficace pour transmettre l’émotion d’avoir dit au revoir à un amant, tout en se sentant bien quand on y pense. Elle se bat pour sa vie ici, mais elle ne perd jamais le contrôle, ce qui s’est déjà produit avec Miley. Un moment de ballade de grande classe !

09. Hate MeNous avons déjà entendu huit morceaux et « Hate Me » est le premier qui n’a pas été mémorisé à la première écoute. Quelques tours répétés m’ont fait apprécier un peu plus l’ambiance pop rock de la chanson et l’accroche du crochet principal, mais par rapport à tout ce que nous avons entendu jusqu’à présent, Plastic Hearts en tant qu’album aurait pu se passer de cette chanson si vous me demandez. Ce n’est pas un moment que je vais sauter en soi, mais cela ne rend pas justice à l’impeccable liste de chansons que nous avons entendue jusqu’à présent.

10. Bad Karma (avec Joan Jett) « Bad Karma », avec Joan Jett, écrit avec Ilsey Juber et produit par Ronson, semble avoir tous les éléments nécessaires pour être un autre temps fort de ce disque, mais quelque chose ne colle pas. La production est quelque peu dépouillée et aurait pu avoir besoin d’un peu plus d’énergie. Le morceau arrive au milieu du huit et c’est le moment, mais il semble un peu trop tard pour sauver cette chanson sur le fait de ne penser aux conséquences de la tricherie que plus tard. Tout comme « Hate Me », le morceau n’a rien d’affreux, mais il ne peut pas suivre l’éclat des deux premiers tiers de Plastic Hearts.

11. Never Be MeOù Cyrus célébrait sans détour sa liberté et son indépendance après plusieurs ruptures ces dernières années, elle montre un côté plus vulnérable sur « Never Be Me ». Sur cette ballade douloureusement honnête, elle admet qu’elle aimerait essayer d’être plus stable et plus fidèle, mais prévient ses amants qu’au final, ce ne sera jamais elle. Sur le plan vocal, elle aborde ce morceau avec plus de retenue que sur la plupart des autres morceaux, ce qui constitue un changement agréable et en fait un moment encore plus vulnérable et fragile.

12. Golden G StringLe morceau de clôture (autre que les reprises et les versions live) « Golden G String » a été produit par Andrew Wyatt et Emile Haynie et est l’une des rares chansons que Cyrus a sauvées des sessions avant de décider de retourner le projet dans son ensemble. En termes de son et de paroles, elle ne correspond pas vraiment au reste de Plastic Hearts, ce qui vous fait vous demander pourquoi elle l’a gardée et a terminé l’album avec elle. Un morceau assez décent en mid tempo, mais pas vraiment la note sur laquelle cet album aurait dû se terminer.

Plastic Hearts pourrait bien être l’album le plus fort et le plus cohérent de Miley Cyrus à ce jour. La série des huit premiers titres, imprégnés de rock et de pop des années 80, est l’une des plus fortes que j’ai entendues cette année. Par la suite, l’album perd un peu de sa vigueur, mais il n’y a pas de chanson assez faible pour la sauter complètement. Cyrus fait preuve de croissance, de maturité et surtout, il se révèle être une fois de plus le caméléon de la musique pop d’aujourd’hui !

Partagez ceci :

Comme ceci :

Comme Charger…

Cet article a été rédigé par michielvmusic et traduit par Lesbarresdeson.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Lesbarresdeson.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.